EUR/GBP Price Analysis: Daily RSI signals ... - Forex Crunch

FOREX - MON COURTIER Marché BOURSIER - INVESTIR DANS TON SAVOIR

FOREX - MON COURTIER Marché BOURSIER - INVESTIR DANS TON SAVOIR submitted by cimahostcanada to u/cimahostcanada [link] [comments]

(Figaro) Investissements à risque : Forex, diamants et épargne salariale restent des sources de litiges | Les épargnants floués après avoir investi sur le Forex, ce marché non régulé, sont cependant moins nombreux cette année.

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

40 Jobs in qc Hiring Now!

Company Name Title City
BC Corrections BC Corrections: Cor Srv 18r - Correctional Officer Abbotsford
Fraser Health Fraser Health: Clinical Pharmacy Specialist Abbotsford
Fraser Health Fraser Health: Clinical Pharmacist Abbotsford
Fraser Health Fraser Health: Clinical Nurse Specialist Abbotsford
Gestion de Personnel 10-04 Gestion de Personnel 10-04: Journalier Abbotsford
Food 4 Pets Canada Food 4 Pets Canada: Journalier De Production Acton Vale
Ménagez-Vous inc Ménagez-Vous inc: Cleaner Acton Vale
Nordia Inc. Nordia Inc.: Spécialiste Du Service À La Clientèle (Clavardage) - Support Aux Clients De Postes Canada Adamsville
Nordia Inc. Nordia Inc.: Customer Service Specialist (Chat) - Supporting Canada Post Customers Adamsville
Boulangerie St-Méthode inc. Boulangerie St-Méthode inc.: Étudiant En Maintenance Adstock
Prémoulé inc. Prémoulé inc.: Manoeuvre - Urgent Alma
Prémoulé inc. Prémoulé inc.: Journalier En Usine - Urgent Alma
PH Vitres d’Autos inc. PH Vitres d’Autos inc.: Chauffeur -Livreur Alma
Produits Boréal Produits Boréal: Coordonnatrice Aux Ressources Humaines Alma
Meubles Gilles Émond Inc. Meubles Gilles Émond Inc.: Livreur Alma
Chaîne de travail adapté CTA inc. Chaîne de travail adapté CTA inc.: Coordonnateur- Services Spécialisés Alma
Prémoulé inc. Prémoulé inc.: Urgent - Opérateur Usine Alma
M & M Nord Ouest inc. M & M Nord Ouest inc.: Technicien - Entretien Réparation Amos
Maverick FX Maverick FX: Remote Forex Trader Job In Amos, Qc Part Time Amos
Maverick FX Maverick FX: Remote Foreign Currencey Trader Job In Amos, Qc Part Time Amos
Maxi Maxi: Caissier (Ères) Amos
SondagesEmploiQuébec SondagesEmploiQuébec: Études De Marché / Emploi À Domicile Amos
IGA extra Coop Amos IGA extra Coop Amos: Commis D'Épicerie Épicerie Amos
Maverick FX Maverick FX: Remote Forex Trader Job In Amos, Qc Full Time Amos
Maxi Maxi: Commis D'Épicerie De Nuit Amos
RONA Bois Turcotte ltée RONA Bois Turcotte ltée: Caissier Amos
Globatech Globatech: Plombier-Compagnon - Abitibi Amos
GAGNON - La Grande Quincaillerie GAGNON - La Grande Quincaillerie: Conseiller - Vendeur Matériaux Amqui
Château Bellevue Château Bellevue: Chef Cuisinier Amqui
BC Corrections BC Corrections: Cor Srv 18r - Correctional Officer Ange-Gardien
Gestion de Personnel 10-04 Gestion de Personnel 10-04: Journalier Ange-Gardien
Global ressources humaines Global ressources humaines: Commis Aux Opérations Anjou
Global ressources humaines Global ressources humaines: Chauffeur Classe 1- Switch Anjou
Hinduja Global Solutions Hinduja Global Solutions: Bilingual (French/English) Customer Support Representative Arundel
Hinduja Global Solutions Hinduja Global Solutions: Bilingual (French/English) Customer Support - Inbound Calls Arundel
Hinduja Global Solutions Hinduja Global Solutions: Bilingual (French/English) Customer Support - Wfh With Paid Home Training Arundel
Brio Ressources humaines inc. Brio Ressources humaines inc.: Adjoint De Direction Asbestos
Canards du Lac Brome ltée Canards du Lac Brome ltée: Journalier À L'Emballage Asbestos
Canards du Lac Brome ltée Canards du Lac Brome ltée: Superviseur Emballage Asbestos
Service Industriel Mécanix inc. Service Industriel Mécanix inc.: Mecanicien Industriel Asbestos
Hey guys, here are some recent job openings in QC. Feel free to comment here or send me a private message if you have any questions, I'm at the community's disposal! If you encounter any problems with any of these job openings please let me know that I will modify the table accordingly. Thanks!
submitted by DramaticPatience0 to EmploisauQuebec [link] [comments]

Vue d'ensemble de la finance aujourd'hui

Dans la logique de mon post sur la vulgarisation du marché monétaire, voici une vulgarisation de la finance dans sa globalité. Avant de me lancer dans le vif du sujet, je tiens à clarifier des notions importantes qui pourraient porter à confusion et que je sais que je verrai dans les commentaires. Je vais aussi vous donner un peu mon opinion personnelle pour éviter tout malentendu dans la discussion, sautez cette partie si ça ne vous intéresse pas. Si la modération trouve que c'est trop hors-sujet, libre à elle de supprimer le post.
J’ai entendu vos critiques dans les commentaires, j’avoue que j’ai vraiment trop simplifié certains passages, j’avais peur que le post soit trop long et trop technique, parfois au prix de la précision et de la rigueur, mea culpa. Cette fois-ci j’ai fait le choix de faire une synthèse des différents marchés financiers, qui régissent l’allocation des ressources financières dans notre société. Nombre d’entre vous ont dû entendre parler de certains d’entre eux, peut-être que vous participez à certains. Toutefois, comme dans mon autre post, je tiens à faire une précision importante. Les informations que je vous donne ici sont grandement insuffisantes pour que vous vous lanciez sur ces marchés, sans que cela s’apparente à une soirée au Monte Carlo pour votre portefeuille. Je ne vous incite aucunement à le faire, mon but étant uniquement d’éclairer ce qui se passe sur les marchés financiers, je n’ai aucune participation à quoi que ce soit, je ne suis pas rémunéré et je ne cherche pas à vendre ou à promouvoir quoi que ce soit. Je ne serai pas 100% exhaustif mais je ferai de mon mieux pour éclairer des sujets que vous pouvez parfois rencontrer dans la presse. Encore une fois, les questions et les remarques sont la bienvenue.
Un marché financier est une notion très abstraite somme toute, il s’agît de l’ensemble des acteurs, des informations et des outils qui font que l’offre (d’actifs) et la demande (le capital) se rencontrent. Ce n’est pas à confondre avec une bourse, qui est un lieu physique (et maintenant virtuel) où se rencontrent l’offre et la demande, ou une place financière, qui est une ville qui regroupe un grand nombre de marchés financiers et d’acteurs majeurs. Quand votre tonton vous prête 10k EUR pour que vous lanciez votre site d’e-commerce, ou que vous déposez de l’argent à la banque, vous participez à un marché financier. Au fil de l’histoire, différents outils financiers ont fait leur apparition, parfois graduellement, parfois brusquement sous l’impulsion de génies/fous (souvent des mathématiciens) et ont conféré des propriétés particulières aux marchés financiers. Il s’agît entre autres de la capacité à :
- Investitransférer le capital et les liquidités inutilisés
- Transférer le risque entre participants
- Echanger à l’international
- Eviter qu’il y ait trop de disparités entre les prix dans le marché, et qu’ils suivent (plus ou moins bien) la valeur intrinsèque.
Un marché efficace est par définition un marché qui reflète bien la valeur intrinsèque d'un investissement compte-tenu des informations disponibles. Des inefficacités peuvent surgir de coûts de transaction et/ou de frais d'agence élevés, de la faible liquidité des actifs ou encore à cause de barrières de toutes sortes. A mon humble avis, dans une économie de marché, il est dans l’intérêt public à ce que certains marchés soient efficaces pour que les inégalités économiques ne soient pas amplifiées et que toutes les classes sociales puissent y avoir accès, tant que cela ne se nuit pas indirectement à la société.
Parlons maintenant de prix et de valeur intrinsèque. La valeur intrinsèque d’un actif ou d’un instrument financier est la valeur financière (et parfois non-financière) future qu’il procurera, compte tenu de l’incertitude qu’il y a autour de la capacité de l’actif à réaliser cette valeur à l’avenir. La valeur intrinsèque est subjective car elle dépend de l’acheteur, principalement de son aversion et de sa capacité à encaisser le risque, mais pas que, comme nous allons le voir. Le prix reflète entre autres l’offre et la demande de l’actif, plus précisément les informations qu’ont les acheteurs, leurs biais et les barrières à la transaction, c’est pour cela qu’il peut dévier, parfois fortement, de la valeur intrinsèque. La valeur intrinsèque est fondamentalement impossible à connaître, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de modèles mathématiques ou qualitatifs pour tenter de l’estimer. Ce qu’on appelle un acteur rationnel c’est un participant qui va, compte tenu de son capital, de ses besoins de liquidité, de son horizon d’investissement et de son aversion au risque (qui est une caractéristique rationnelle) acheter les actifs dont le prix est en-dessous de la valeur intrinsèque qu’il leur assigne et vendre ceux dont le prix est au-dessus de cette valeur.
Je ne crois pas qu’il y ait une façon non biaisée de présenter la finance alors je vais vous donner mon biais. Je crois personnellement en la finance comportementale et ce que je vais dire dans ce paragraphe est très controversé et mériterait toute une vie de recherche pour justifier (on peut en reparler dans les commentaires). Il faut savoir qu’il y a des paramètres anthropologiques (psychologiques, sociologiques, culturels, religieux et géographiques) qui viennent affecter les marchés, notamment leur efficacité, et les financiers et les régulateurs peuvent aborder le problème de plusieurs façons. Parfois on va trouver des intermédiaires qui vont faire fi de ces barrières, parfois on va tenter d’anonymiser les participants, parfois on va trouver un moyen de diffuser l’information à tous les participants, parfois on va réguler pour empêcher certains comportements nuisibles ou illégaux, ou bien on va créer des outils ou des stratagèmes pour contourner les barrières sans les effacer. La désintermédiation, la dérèglementation et le décloisonnement, ainsi que la volonté d’atteindre la concurrence pure et parfaite, ne sont pas toujours les meilleurs moyens d’avoir des marchés efficaces. Il faudrait que toutes les barrières socioculturelles, tous les biais psychologiques des participants des marchés disparaissent pour que cela puisse se faire, ce qui n’est évidemment ni souhaitable ni possible.
Le début est un peu technique mais est crucial pour que vous compreniez la suite. Premièrement, je vais vous parler de la notion de marché primaire et de marché secondaire, qui détermine où est transféré le capital et le risque. Deuxièmement, je vais vous parler de l’organisation et de la régulation des marchés. Troisièmement, je vais vous parler de la classification des marchés en fonction des instruments financiers qui s’y échangent et dernièrement je vais vous parler de la classification des marchés en fonction des actifs qui s’y échangent.
A – Les marchés primaires, secondaires, tertiaires et quaternaires.
Le marché primaire est le marché qui fait rencontrer ceux qui vont fournir des actions ou des obligations de leur propre entreprise, des matières premières ou autres actifs, en échange de capital. Quand une entreprise ou un Etat lèvent des fonds ils participent sur ce marché, quand une société d’exploitation de pétrole brut vend ses barils elle y participe aussi. Quand vous prêtez de l’argent à votre pote, ou que vous achetez une maison neuve à un promoteur immobilier vous participez au marché primaire. En général, il s’agît d’un marché désorganisé où des particuliers et des entreprises se rencontrent par leurs propres moyens (bouche à oreille, publicité) et qui est très peu régulé, qu’on appelle gré-à-gré, que j’expliciterai bientôt. Ce marché est relativement risqué et peu transparent, en général votre seul recours juridique est le civil et si votre contrepartie fait faillite vous n’avez aucune garantie de pouvoir récupérer votre dû. Il demande de faire confiance à votre contrepartie, d’être compétent et parfois spécialisé dans ce domaine ainsi que d’être particulièrement critique des informations que l’on vous donne. Quand il est organisé, il s’agît le plus souvent d’une vente aux enchères entre participants agréés.
Le marché secondaire est le marché où les actifs sont revendus entre investisseurs, ici le capital et le risque sont transférés d’un investisseur à un autre. Ce marché a plusieurs fonctions, il permet entre autres aux investisseurs de sortir du marché quand ils en ont envie, de standardiser et regrouper les actifs, d’actualiser le prix des actifs en fonction des événements et de permettre à un plus grand nombre d’investisseurs de détenir certains actifs qui leur serait parfois impossible d’obtenir faute de contacts ou de moyens. Si une action ou une obligation est échangée sur le marché secondaire, cela veut dire que l’entreprise sous-jacente a donné son accord à ce qu’elle renonce à choisir qui détient ses parts ou sa dette (à quelques exceptions près), elle n’est pas affectée directement par la transaction. Le marché secondaire est le plus souvent organisé et régulé, moyennant commission. Il est le plus souvent organisé dans un type d’enchère très particulier qu’on appelle bourse, ou bien d’un marché organisé par un courtier.
Je parle brièvement du marché tertiaire et du marché quaternaire car vous pourrez peut-être en entendre parler, le marché tertiaire est le marché où les courtiers interagissent avec les grosses institutions (souvent des banques) et le marché quaternaire est le marché entre grosses institutions uniquement. Ce sont des marchés gré-à-gré.
B – L’organisation et la régulation des marchés
Le marché le plus basique est le marché gré-à-gré ou over the counter (OTC) en anglais. Comme je l’ai dit plus haut, ce marché n’est pas organisé, il est sans intermédiaires. Pour y participer il faut trouver des contreparties par ses propres moyens, chercher les informations par soi-même et surtout faire confiance à la personne en face, chose qui n’est pas toujours facile. C’est surtout sur ce marché que se manifestent les barrières anthropologiques et les biais psychologiques car il y a peu de moyens de réguler ce qui s’y passe ou d’être sûr des informations que l’on a. Bien évidemment il existe des lois et des garde-fous juridiques ou médiatiques, mais vous êtes libres de rédiger n’importe quel contrat légal sur ce marché. C’est d’ailleurs ici que vous verrez les instruments financiers les plus complexes comme les options exotiques ou les swaps. Sur le marché gré-à-gré on dit que la liquidité est faible, comme vous avez souvent affaire à des actifs uniques (startups, œuvres d’art, options exotiques) que très peu de personnes convoitent, ce qui fait qu’il est coûteux et long de trouver des acheteurs, et ce qui pousse les prix à la hausse.
Je ne vais pas m’attarder dessus car il y a énormément à dire dessus, mais la vente aux enchères est une forme d’organisation des marchés. Vous y trouverez par exemple les obligations souveraines, les œuvres d’art ou bien, lors d’une introduction en bourse d’une entreprise, des actions sont attribuées aux premiers actionnaires via une enchère, ce qui permet de déterminer le prix initial de l’action en bourse. Si cela vous intéresse, regardez les différents types de vente aux enchères comme l’enchère anglaise ou l’enchère néerlandaise. Ici vous avez quelques intermédiaires qui rentrent en jeux comme le commissaire-priseur ou la banque d’investissement pour l’introduction en bourse, qui vont prendre leur commission en échange de la publicité qu’ils fournissent à votre actif et de la facilitation de la transaction – autrement dit de la liquidité. Il est à noter qu’un commissaire-priseur qui tient à sa réputation va exiger certaines contraintes et garanties sur l’actif, ce qui donne un début de régulation au marché financier. Dans le cas d’une introduction en bourse (Initial Public Offering ou IPO), les exigences sont draconiennes, les comptes financiers, les cadres dirigeants de l’entreprise et les actionnaires actuels sont scrutés à la fois par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France, et les analystes financiers.
La bourse est une forme d’enchère très spécifique. Elle rassemble des traders qui travaillent pour des courtiers ou des sociétés de gestion d’actifs et fonctionne avec une enchère dite continue/dirigée par ordres et est chapeautée par l’AMF en France. Les traders donnent des ordres de vente et d’achat – soit ils donnent un prix et achètent ou vendent tout ce qui est à un prix meilleur ou égal, soit ils spécifient une quantité et achètent ou vendent peu importe le prix, il existe aussi des ordres plus complexes où l’on spécifie un prix, une quantité et une date limite, entre autres. La bourse génère des profits en prenant une commission sur chaque ordre et à chaque fois qu’une nouvelle entreprise rentre sur le marché s’il s’agît d’une bouse d’actions. Ici il n’y a pas un prix unique pour un actif, il y a le prix de la demande (ask) et le prix de l’offre (bid) – il faut proposer un prix égal ou supérieur à l’ask pour pouvoir acheter l’actif et un prix inférieur ou égal au bid pour pouvoir le vendre. Un des effets de cette structure de marché (qui peut paraître contre-intuitif pour ceux habitués au marché gré-à-gré) est que plus on veut acheter une grande quantité de l’actif, plus il va falloir proposer un prix élevé, et inversement plus l’on veut en vendre, plus il va falloir baisser son prix. La bourse crée un peu plus de symétrie entre les acheteurs et les vendeurs, ce qui n’existe pas dans le marché gré-à-gré où l’avantage est déterminé largement par le contrôle qu’ont les acheteurs et les vendeurs sur le marché et l’information en circulation. Le rapport de force ne disparaît pas entièrement mais est artificiellement atténué. Cela fait aussi que si beaucoup d’acheteurs et vendeurs sont intéressés par un actif et que beaucoup d’ordres circulent, statistiquement la différence entre le bid et l’ask sera plus faible, c’est pour cela qu’on mesure traditionnellement la liquidité d’un actif en bourse par la différence entre le bid et l’ask, qu’on appelle le « bid-ask spread », par la moyenne du bid et de l’ask. En exigeant une forte transparence, en attirant des analystes financiers, les autorités des marchés et les médias, la bourse est un peu moins risquée que le marché gré-à-gré, permet d’avoir une meilleure idée de la valeur intrinsèque et surtout une bien meilleure liquidité, bien sûr à un prix. Bien sûr, le risque propre aux rendements futurs de l’investissement n’est pas vraiment affecté et jouer en bourse reste relativement risqué, voir même à espérance négative dans le cas du marché des changes. Sans rentrer sans les détails, la bourse permet parfois d’effectuer la vente à découvert (short-selling), c’est quand vous empruntez un actif à quelqu’un qui le détient, moyennant commission, pour le vendre immédiatement, le racheter plus tard (en espérant que les prix ont fortement baissé) et le rendre à son propriétaire après – cette pratique permet dans de nombreux cas d’ajuster des prix trop élevés lorsque pour x ou y raison les détenteurs ne les vendent pas alors que le prix est surélevé. Traditionnellement une bourse se tient dans un lieu physique mais maintenant c’est largement effectué virtuellement.
La dernière structure de marché majeure est le marché organisé par un courtier – souvent une banque d’investissement. Ici le courtier achète une grosse quantité d’actifs sur la bourse en tant que broker et la revend au détail à ses clients en tant que dealer, ses traders sont là pour répondre à la demande des clients au meilleur prix possible et à liquider le surplus. Le courtier peut prendre une commission sur les ordres, fixer son propre bid-ask en fonction de ses stocks disponibles et empocher la différence. Dans certains cas il peut prêter de l’argent à ses clients pour qu’ils achètent ses produits et encaisser les intérêts du prêt ou encore proposer les services d’analystes financiers qui vont faire des recommandations aux clients (a.k.a full service). Ces marchés restent contrôlés par l’AMF en France vu le contrôle qu’a le courtier sur son marché, le but étant que ses prix suivent ceux de la bourse. Le courtier gère son propre risque et met des limites (comme le margin call) pour éviter que ses clients ne fassent faillite – il est perdant si cela se produit, surtout s’il a prêté de l’argent à son client, il a surtout intérêt à ce que son client continue d’effectuer des ordres car c’est comme cela qu’il se rémunère, parfois au détriment du client.
C – marché au comptant, marché à terme et marché dérivé
Le marché au comptant, en anglais « spot » est le marché où les échanges ont lieu en temps direct – si accord il y a, l’actif et le capital sont échangés au moment de la transaction. Sans aucun autre instrument il n’offre pas beaucoup de flexibilité, il ne permet pas de manipuler facilement le risque auquel on s’expose, car en achetant un actif on prend à 100% le risque du sous-jacent et on est totalement soumis aux aléas des prix.
Le marché à terme est un peu différent. Ici on s’engage dans des contrats spécifiques où l’on se met d’accord sur un prix et où l’échange de capital et d’actif s’effectue à une date postérieure, peu importe le prix du marché à ce moment. Le terme utilisé pour dire qu’on rentre dans un contrat à terme est prendre une position. Ici on a un transfert d’une partie du risque de l’acheteur de l’actif (on dit qu’il est en position longue) au vendeur (on dit qu’il est en position courte). En effet, celui en position longue préfère fixer le prix futur et ne pas prendre le risque que les prix baissent et celui en position courte prend le risque d’acheter quelque chose qui en vaudra moins à la date de l’échange. Cela permet à certains investisseurs de couvrir, par exemple, leur risque de change s’ils savent qu’à une certaine date ils voudront échanger une certaine somme de monnaie contre une autre et à d’autres qui ont une plus grande capacité à encaisser le risque de spéculer. Ces contrats ont d’autant plus de valeur que le sous-jacent est volatile. Vu qu’on a vu le marché gré-à-gré et la bourse, je vais parler des différences entre les deux sur le marché à terme. Sur le marché à terme gré-à-gré, les contrats à terme sont appelés « forwards », vous pouvez les personnaliser comme vous voulez, avec vos prix, vos quantités, vous négociez ça. Cependant, si votre contrepartie fait faillite avant l’exécution du contrat, vous n’avez aucun moyen d’effectuer la transaction et vous n’avez aucun moyen de sortir de ce contrat si vous-mêmes vous avez des difficultés à remplir vos obligations. Si vous êtes un agriculteur qui vend sa récolte de l’année prochaine avec ce type de contrat, vous avez intérêt à faire en sorte que vous produisez assez pour l’exécuter ou que vous pouvez acheter ce qui vous manque si vous n’y parvenez pas le jour de la livraison. Sur le marché à terme en bourse c’est un peu différent, ici les prix, les quantités, les obligations contractuelles et modalités de livraison sont fixés à l’avance par l’offre et la demande et ne sont pas négociables, avec ce qu’on appelle les contrats « futures ». L’avantage des futures est que si vous pensez qu’il y a un risque que vous ne puissiez apporter votre partie du contrat (le capital ou l’actif), vous pouvez vous dégager de votre obligation contractuelle en cédant votre position à quelqu’un en capacité de le faire – si vous avez de la chance, plus de participants pourront exécuter votre position maintenant, ce qui normalement devrait rendre votre position attirante et on vous achètera votre contrat. Si au contraire, nombre comme vous ne peuvent exécuter ce contrat (mauvaises récoltes à cause de la météo par exemple), vous aurez du mal à le céder et vous serez peut-être obligé de payer quelqu’un pour qu’il l’exécute à votre place. Par ailleurs, les participants sont obligés d’avoir un apport en capital pour rentrer dans un future et si par hasard votre contrepartie fait faillite, la chambre de compensation (ou clearing house) vous remboursera, ce qui élimine le risque de contrepartie. Autre particularité du contrat à terme, vous pouvez conserver la rente de votre actif tant que la date d’exécution n’est pas venue, mais vous devez toujours payer les frais de stockage, livraison ou autres, ce qui est bien sûr pris en compte dans le prix.
Le marché des dérivés est vraiment là où le risque est transféré et manipulé. Ici on échange ce qu’on appelle des options/warrants, des contrats d’échange (swaps), des pensions livrées (repurchase agreements ou « repo »), les couvertures de défaillance (credit default swaps, CDS) entre autres. N’ayez crainte on va attaquer chacun de ces termes. D’abord, sur le marché des dérivés en bourse on a les options dite « vanilla ». Une option, contrairement à un contrat à terme, donne le droit et non l’obligation, d’acheter ou de vendre un actif à un moment donné à un prix donné et on effectue une transaction financière pour rentrer dans ce contrat, proportionnelle au risque que transféré d’une partie à l’autre. Le droit d’acheter l’actif est appelé « call » et le droit de le vendre est appelé « put », le prix convenu est appelé « strike price ». Si le jour venu votre strike price est plus intéressante que le prix de l’actif à ce moment-là, on dit que votre option est « in the money » (ITM), si votre option est moins intéressante on dit qu’elle est « out of the money » (OTM) et si elle est aussi intéressante que le prix actuel, on dit qu’elle est « at the money » (ATM). Si votre option vous donne seulement la possibilité d’exercer votre droit à une date donnée, on dit qu’elle est de style européen, si vous pouvez l’exercer à n’importe quel moment jusqu’à la date convenue on dit qu’elle est de style américain. Plus le prix de l’actif sous-jacent est volatile, et plus il est facile d’exercer l’option (par exemple si elle est de style américain), plus il y a de fortes chances que l’option soit in-the-money, plus la valeur de l’option augmente, car le détenteur transmet beaucoup de risque à sa contrepartie. Vous trouverez aussi en bourse de commerce des options sur la météo, pour vous protéger en cas de mauvaises récoltes par exemple. L’intérêt de ces options est qu’elles peuvent facilement créer de gros effets de levier étant donné qu’une option vaut typiquement 2-10% de l’actif sous-jacent, puis comme c’est échangé en bourse on peut s’en débarrasser rapidement si on ne peut pas les exercer faute de moyens ou d’actif. Pour les matheux intrigués je conseille en introduction le modèle de Black-Scholes. Sur le marché gré-à-gré on va retrouver tous les contrats divers et variés susmentionnés. Une warrant est une option non-échangeable émise par une banque en série limitée. Ensuite on a les options exotiques, qui sont tout un tas d’options avec des règles particulières. Pour vous donner des exemples on a des options pour échanger des actifs (pourquoi pas du blé contre une action Google ?), les options style asiatique qui vous donnent le droit d’acheter un actif à son prix moyen sur une période donnée (pour vous protéger de la volatilité) ou les options style parisiennes qu’on ne peut exercer que si le prix du sous-jacent est dans certains clous pendant une certaine période (pour vous protéger de la manipulation des cours). Le swap ou contrat d’échange est quand deux parties se mettent d’accord pour faire plusieurs contrats à terme à répétition, nous allons en voir des exemples plus tard. Je m'attarde un peu sur le repo car c'est très discuté dans les actualités récemment. J'y ai fait référence dans mon post sur la monnaie. Un repo est une transaction spot (actif contre capital) plus un contrat forward pour que l'actif soit racheté à une période future. C'est une façon pour une institution financière d'emprunter de l'argent à une autre (souvent pour une très courte période, parfois 24h), comme la banque centrale, sans que l'autre partie ne prenne quelconque risque, tant est que l'actif échangé soit fiable, comme un bon du trésor. La banque centrale injecte des liquidités temporairement, elles reviennent dans ses coffres le jour suivant. Ce n'est pas comme le Quantitative Easing où l'actif est définitivement acheté par la banque centrale et l'argent est injecté durablement dans le système. La banque centrale fait des repo pour imposer pratiquement par la force les taux qu'elle veut transmettre au reste de l'économie, surtout lorsque les banques commerciales ne se font plus confiance et font grimper leurs taux au-delà des limites définies par la banque centrale. Les couvertures de défaillance servent à rembourser les détenteurs d'obligations lorsque l'entreprise sous-jacente fait défaut (c'est un contrat d'assurance).
Synthèse de l'organisation et de la classification des marchés
D – Les marchés selon les types d’actifs
Le marché monétaire (que j’ai couvert en détail dans mon post précédent) est le marché où les liquidités excédentaires sont prêtées pour une période courte aux entreprises, particuliers ou Etats qui en ont besoin, moyennant une rente nommée intérêt. je vous renvoie à mon post sur le sujet
Le marché de la dette long-terme est là où se financent les participants qui veulent des fonds pour une période supérieure à deux ans, moyennant intérêts. On appelle le marché où s’échange entre investisseurs la dette long-terme le marché obligataire. On a des obligations de différents types en fonction des intérêts versés ou des options attachées à l'obligation. Une obligation a un principal et un coupon (l'intérêt versé périodiquement). Une obligation sans coupon est un zéro-coupon et au lieu de verser un intérêt, on prête initialement une somme au débiteur qui est inférieure au principal qu'il doit rendre à la fin du contrat. Le principal peut être remboursé progressivement comme pour une dette immobilière (amortissement) ou en totalité d'un coup à la fin du contrat (bullet bond). Le coupon peut être à taux fixe ou variable. Si c'est variable ce sera en général le LIBOR + une petite prime de risque/liquidité ou bien une grosse prime - le LIBOR. Comme on peut revendre des obligations sur le marché secondaire, leur prix va varier en fonction du risque que le débiteur fasse défaut et des taux. Si les taux en vigueur aujourd'hui sont meilleurs que celui de votre obligation, sa valeur relative décroît. C'est pour cela que les obligations d'Etat ont un risque de prix sur le marché secondaire et ne sont pas sans risque, le risque de défaut n'est pas le seul risque d'une obligation. Une des propriétés vertueuses des obligations est la convexité, en termes simples, une obligation peut plus facilement prendre de la valeur si les taux baissent, qu'elle ne peut en perdre si les taux augmentent. On trouvera sur le marché des dérivés des couvertures de défaillance (CDS), des repo et des swaps pour échanger des taux fixes contre des taux variables, ainsi que des mortgage-backed-securities (MBS) qui regroupent de nombreux crédits immobiliers d'une banque régionale ou des collateralized-debt-obligations (CDO) qui regroupent des crédits et d'autres instruments financiers pour produire un actif complexe avec un risque personnalisé (souvent très élevé). Ce sont les CDO, les MBS et les CDS qui ont causé la crise de 2008 comme les agences de notation n'ont pas fait leur rôle et ont sous-estimé le risque de ces produits.
Le marché action est le marché où s’échangent les parts des entreprises. Une action représente la valeur résiduelle des profits (ou de la liquidation) d’une entreprise une fois que tous les créanciers (l’Etat compris) sont payés. Certaines actions ont des droits de votes, d’autres non. Elles versent une rente appelée dividendes, qui sont variables en fonction des résultats de l’entreprise ainsi que de ses besoins en capital. Une définition alternative d’une action est une dette à durée indéterminée/illimitée. En bourse on va calculer la valeur intrinsèque de l'action en faisant la somme des dividendes futurs qu'on espère plus le prix de cession espéré divisisés par un taux qui représente le risque de l'investissement et le retour minimum qu'on attend en échange. Alternativement on calcule la valeur liquidative des actifs de l'entreprise moins sa dette si on pense qu'elle va faire faillite. Plus un dividende est éloigné dans le temps, moins il comptera dans la valeur intrinsèque, puis si l'on estime que le risque est élevé, les dividendes lointains ne comptent quasiment pas. Si on pense que le marché est efficace, deux autres méthodes populaires existent, la première est appelée les multiples. En gros on regarde les entreprises comparables et on calcule ler prix divisés par leurs revenus par exemple, puis on multiplie les revenus de l'entreprise qu'on analyse par ces multiples pour avoir une idée de sa valorisation relative. Sinon, on regarde à quel point l'action varie en même temps que le restedu marché. Si l'action varie moins fortement que le marché, on lui donne une valeur plus grande, inversement si elle varie plus fortement on baisse sa valeur car on considère que c'est une action risquée. Hors bourse, il y a plusieurs méthodes. Si l'entreprise est toute nouvelle on va surtout valoriser la compétence des entrepreneurs pour estimer le risque, si l'entreprise gagne déjà de l'argent mais ne verse pas de dividendes on va regarder ses flux de trésorerie et son EBITDA. On classifie les actions en fonction des secteurs industriels, du prix par rapport aux revenus nets, flux de trésorerie et aux dividendes (Value et Growth) ainsi qu'en fonction de leur capitalisation boursière. On trouvera ici nos options, mais aussi des indices boursiers qui font la moyenne des rendements (en terme de prix et de dividendes) d'un groupe d'actions, soit à part égale pour chaque entreprise, soit pondérée par leur capitalisation boursière ou leurs prix par action individuelle. Ces indices sont suivis par des fonds indiciels, qui peuvent être soit des fonds mutuels (achetés en gré-à-gré) ou des ETF (achetés en bourse/courtiers). On trouvera ici nos options, nos warrants, des equity swaps (échange de dividendes par exemple) ou des total return swaps (pour les ETF synthétiques, voir mon post sur le sujet).
On notera que le marché action et le marché obligataire forment le marché dit des capitaux.
Le marché des changes (Foreign Exchange ou tout simplement ForEx en anglais) est le marché qui fait jonction entre les différentes économies et permet de convertir une monnaie en une autre – la monnaie ne verse pas de rente mais est sujette à l’inflation/déflation de l’économie qu’elle représente. L’offre et la demande d’une monnaie est déterminée par l’attractivité de l’économie – si beaucoup d’investisseurs étrangers veulent y investir, la demande pour la monnaie va croître et sa valeur relative va s’apprécier, ou bien si des ressortissants d'un pays veulent renvoyer des liquidités chez eux. Alternativement certaines monnaies sont fixées à d’autres monnaies ou, rarement aujourd’hui, fluctuent en fonction du prix de certaines matières premières et de la quantité d'icelles possédée par la banque centrale par rapport à la demande de la monnaie. Dans le cas des cryptomonnaies, en plus de la demande et l'offre de monnaie, on valorise aussi la qualité des services, la capacité de calcul allouée et coût pour effectuer les transactions. Ici on peut faire des swaps de monnaie, en gros simuler le coût d'un échange de monnaie sans s'échanger réellement la monnaie. Ca permet de couvrir le risque de change sans passer par le marché classique.
Le marché alternatif est composé de plusieurs marchés comme le marché des matières premières (représenté par les bourses de commerce) où s’échangent métaux précieux, l'énergie, le pétrole et blé entre autres, le marché des fonds d’investissement à stratégies alternatives type private equity/venture capital/hedge fund avec des stratégies impossibles à réaliser pour des particuliers seuls, le marché de l’immobilier – où la rente est appelée loyer, le marché des œuvres d’art, du vin et j’en passe et des meilleurs. Sur les matières premières on va aussi trouver des indices de prix (commodity indexes), des futures sur l'or, des options sur la météo et des forwards sur des matières exotiques. L'immobilier est classé en plusieurs catégories comme le résidentiel, le commercial et les bureaux, les actifs peuvent être détenus en direct ou à travers des fonds privés ou cotés.
En résumé
Voilà une synthèse de la finance aujourd'hui. J'ai omis des sujets comme la FinTech car cela sort du propos, mais, tant est que la modération l'accepte, je vais publier une brève histoire de la finance qui comprendra cela. J'ai fait exprès d'aborder certains sujets sans trop les creuser, notamment les bulles financières, car je préfère répondre à des questions précises plutôt que de me lancer dans une explication qui va perdre tout le monde. Je n'ai pas eu le temps de faire tous les graphiques et schémas que je voulais mais si vous en voulez en particulier ce sera avec plaisir. Si vous voulez des sources pour des éléments particuliers hésitez pas, j'ai toute une bibliographie d'articles et de livres. Merci à ceux qui m'ont encouragé à écrire ce post.
submitted by Tryrshaugh to france [link] [comments]

Investisseurs Forex / Indices quel Broker utilisez vous et pourquoi ?

Bonjour a tous, je pense a investir sur les marchés du Forex et sur les Indices mais la question du Broker me bloque depuis quelques temps. Lequel choisir il y a tellement de choix, je m'étais pencher sur XTB (X-Trade) qui m'a l'air correct niveau spread.
submitted by EikechiOnizuka to vosfinances [link] [comments]

Un bon courtier pour non-résidents ?

Bonjour à tous,

Profil
Age: 30 ans
Situation: Célibataire
Immobilier: aucun car non souhaité
Investissements:
Voilà je me suis régulièrement expatrié ces 10 dernières années: Royaume-Uni, Australie et Nouvelle Zélande avec grosso-modo changement de résidence fiscale tous les 2-3 ans.
Je rentre en France bientôt pour un an pour ensuite aller au Canada sur plusieurs années et après on verra bien.
Pas toujours facile dans ce contexte d’investir ses économies !
Les premiers réflexes qui sont d’abonder des enveloppes fiscales type PEA ne s’appliquent pas vraiment pour moi car à partir du moment où je quitte le pays, ces enveloppes deviennent de simples comptes-titres aux yeux des futurs pays que je visite.
Je ne sais pas encore où je me “poserai” dans le long terme. Cependant j’aime l’idée que mes investissements long-terme soient domiciliés en Europe.
Donc dans ce contexte et pour ne pas pas rester trop longtemps en dehors des marchés, je pensais centraliser mon épargne d’investissement sur:
Peu importe où je me trouve à l’instant T, je convertirais mon épargne mensuelle en EUR (transaction forex à 2$ chez IB si je ne m'abuse) et alimenterait ce compte-titre européen.
Malgré mes recherches (innombrables blogs, forums et livres), je suis encore incertain sur le broker idéal pour ma situation.
Autant j’ai bien compris que les éventuelles plus-values (bien que je sois en buy&hold) seraient taxées dans mon pays de résidence le jour où je vend, autant j’aimerais que ça se limite uniquement à ça.
Je me méfie des prélèvements à la source sur les dividendes du pays dans lequel se situe mon compte-titre mais j’ai l’impression que ça n’a pas d’importance si c’est bien la domiciliation de l’ETF qui prime : ETF Irlandais = 15% de retenue à la source sur les dividendes des sociétés US au lieu de 30% normalement par exemple, peu importe où est le compte-titre.
Quelques questions:
  1. Un CTO “offshore” ouvert au Luxembourg (Swissquote, Internaxx, etc.) me garantirait-il une neutralité fiscale à toute épreuve? Cependant ils sont pas donnés, même si je suis prêt à trader que 3-4 fois par an uniquement pour limiter les frais.
  2. Je trouve Bourse Direct vraiment pas cher pour les ordres Euronext, dans la même trempe que Degiro (mais Degiro moins apprécié j’ai l’impression) et apparemment sont OK pour avoir des non-résidents parmis leurs clients. Est-ce que le fait que le compte soit localisé en France (ou Amsterdam pour Degiro) peut poser problème ou peu importe? Si peu importe, je suis étonné de pas voir des brokers tels que Bourse Direct plus souvent cités par des Français non-résidents, on lit bien plus souvent IB ou Saxo.
  3. J’ai déjà un compte chez IB pour les transferts de devise, cependant je ne suis pas sûr qu’il soit le plus adapté, étant un broker américain orienté investissements aux US, 10$ de frais par trade et des frais de garde mensuels.
  4. Enfin comme je vais être résident fiscal Français l’année prochaine, je pensais quand même ouvrir un PEA et 1-2 AV pour prendre date dans l’éventualité d’un retour en France. Ca peut toujours valoir le coup? Ils seront vite “gelés” une fois que j’aurai de nouveau quitté le pays mais bon.
Merci d’avance pour vos commentaires !
submitted by IllTravel7 to vosfinances [link] [comments]

Is Karatbit and Karatbars a scam?

On Tuesday 16th July, just a few weeks ago I was invited to attend a Karatbit, Karatbars/Karatbank presentation. The presentation was touting everything including a blockchain mobile phone. Someone had approached me over the weekend to investigate an investment, they had made with Karatbit/Karatbars. I attended the presentation with some research which, to be honest, was not that favourable to the company but nevertheless still went with an open mind.
KaratBank, a Singapore-based financial organization, has propelled another digital currency that it claims is bound to real physical gold. Is this a progressive thought – or a trick?
KaratBank, an organization located in Singapore, has quite recently declared the dispatch of KaratBank Coins (KBC), another digital currency it said is attached to gold. Be that as it may, not just the cost of gold, as different monetary forms — to real bits of gold: they're embedded in plastic cards or banknotes. In any event, that is the way it appears upon first sight.
KaratBank is a sister company of KaratBars International, located in Germany. KaratBars really sells gold in exceptionally small quantities (like 0.1g to 1g bullions), inserted into plastic cards (Karatbars) or money like notes (CashGold). The notes are famously overpriced: back when 1 gram of gold was $40, the 1g CashGold note cost $65.
As per KaratBank whitepaper, 10,000 KBC can be traded for 0.1g CashGold notes.
The initial coin offering kicked off earlier this year and proceeded until March 21, with the ICO starting March 22 (1 KBC = $0.05), Coin Telegraph reports.
Be that as it may, KaratBars International as an organization is emphatically connected with scams. A basic search for KaratBars on Google returns three connections with the word "scam" in them on the first page. KaratBars was prohibited in Canada in 2014 over an Autorité des marchés agents (AMF) with a Scam warning.
The Canadian government found that KaratBars executes some kind of multi-layered marketing (MLM), or "pyramid" scheme organisation that urged individuals to get new recruits and profit from their sales, promising a return of $15,000 to $136,000 every month.
In any case, Is KaratBank is a different story? All things considered, yes and no. Upon a more intensive look at the organization's whitepaper, one finds the following:
"United States of America citizens, residents (tax or otherwise) or green card holders, as well as residents of Canada, the People's Republic of China or the Republic of Singapore, are not qualified to partake in the KaratBank ICO."
As indicated by the Behind MLM site, the explanation behind this may lie in the way that those nations have actualized strict regulation on ICOs, and KaratBank does not have any desire to have anything to do with them.
"ICOs are not unlawful in the US or Canada. In the US, however, ICOs are ordinarily viewed as securities and require registration with the [Securities and Exchange Commission]," the site reads. "Singapore hasn't prohibited ICOs however it is one of the nations KaratBars International works in through the shell companies KaratPay and KaratBars Singapore. Singapore regulators closing those organizations down would cripple KaratBars International. The board most likely figure it's best not to take any risks."
To work lawfully in any purview, KaratBars International would need to register itself with the proper securities regulator in that jurisdiction, which the organization appears to need to abstain from, raising doubts.
From one's point of view what is disheartening is that blockchain is a great new technology and companies like this seem to mix their existing business with cryptocurrencies. Knowing full well that the general public does not really understand cryptocurrencies, let alone blockchain or Distributed Ledger Technology (DLT). As a blockchain consultant, one feels obligated to pose some questions anyone thinking of getting involved should be asking.
At the presentation, I heard the presenters say “ Karatbars is giving its members the opportunity to buy gold in small quantities. They also encourage you to save in gold instead of paper money. This can easily be done by buying as little as 0.1 gram of gold or 1 gram - 2.5 gram or 5 grams.”
They said members can keep their gold in Karatbars' vault or ask them to send it to you. Cash gold is the most popular form of buying gold as the gold is embedded in a banknote. 24kt gold 99.9% pure makes it easier for anyone to accumulate wealth.
Karatbars is also involved in cryptocurrency and got their own coins, namely KBC and KCB coins. I'm going to get very deep into this, but the main thing to remember is that they say, “these coins are increasing in value and that it is backed by gold”. whereas and another Cryptocurrency is backed by nothing.
As a self-proclaimed proponent of blockchain and a graduate of Digital Forensics, I feel obligated to say a few words about this presentation on Karatbit or at least as a conscious citizen of this global world of technology users. Blockchain is a magnificent emerging technology that can be harnessed to do so many things. But most importantly it is a technology that provides one single source of truth. If groups are using this single source of truth technology to spread untruths, someone concerned must come out to say something. Blockchain is a technology that can put everyone on an even playing field but it seems very few understand it. The individuals with even the fleeting basic understanding can influence the general public perception of cryptocurrencies. This leads me to ask a great quote from a book called Richest Man in Babylon …. “if you want advice on investing in expensive jewels, why would you go to a butcher?”
The following is what the masses are being manipulated to attach their hopes and dreams. It is that “a further drop in the value of Bitcoin and other cryptocurrencies has recently left investors nursing heavy losses. Many proponents are holding out for a new breakout “if their digital assets can go mainstream.”
The most important part of that statement is “if their digital assets can go mainstream”. This made me ask some questions about Karatbit and this is what I came up with.
Something is fishy!! Can someone clarify the following?
Claim 1: Gold mine worth $900 million provides security.
Can’t find any official source as proof.
Reference: https://www.youtube.com/watch?v=TyKQIckXyIU
Claim 2: Backed by a gold mine in Africa
Can’t find any official source as proof.
Reference: https://www.youtube.com/watch?v=d5Q3ZvR4b04
Claim 3: Audit report by MM Revisors for a gold mine in Madagascar
Can’t find proof that MM Revisors exists. Not sure if this report was published by Karatbars Int (can’t find it on their official website), but this is being circulated by some investors as if it were.
Reference: https://karatbars-me.webnode.es/\_files/200000070-01d6002d18/audit.pdf
Claim 4: Karatcoin Bank is a fully licensed crypto bank and is situated in Miami
Can’t find proof that they are registered as a licensed financial institute in Miami, Florida.
Can’t find Karatcoin Bank as a registered corporation, but found Karat Coin Corp.
Reference: http://search.sunbiz.org/Inquiry/CorporationSearch/SearchResults?inquiryType=EntityName&searchNameOrder=KARATBANK&searchTerm=Karatbank
Reference: https://www.youtube.com/watch?v=YXip2Fizz5U&t=152s
Claim 5: Not a pyramid scheme
Karatbit describes this as an affiliate program but clearly is a pyramid scheme at best, see links below;
Canada: https://www.newswire.ca/news-releases/karatbars-quebec-activities-covered-by-prohibition-orders-514201571.html
Namibia: https://economist.com.na/43874/extra/karatbars-international-is-a-scamsays-central-bank/
Netherlands: https://www.afm.nl/en/nieuws/2014/mei/waarschuwing-karatbars
Claim 6: 100KBC = 1g of Gold at $40 per gram (1 KBC = $0.40) (guaranteed)
Total supply = 12,000,000,000 KBC (can’t find figures of circulating, so using supply instead)
Total gold needed to cover buy back of all coins:
12,000,000,000 / 100 = 120 000 000g = 120 tons (South Africa as a whole produced 139.9 tons of Gold in 2017).
Total money needed to buy back all the coins:
120 000 000g x $40 = $4.8 Billion
Can’t find proof that they have 120 tons of gold in storage (or backed up by the mines as claimed) or that they are at least worth $4.8 Billion to buy the gold?
Taking a more conservative approach:
According to icobench.com, they raised $100 000 000 with their ICO from 60% of the total supply.
Let’s assume the 60% of 12,000,000,000 is in circulation. This equals to 7,200,000,000 KBC.
Total gold needed for the buyback of 7,200,000,000 KBC:
7,200,000,000 / 100 = 72 000 000g = 72 tons
Total money needed to buy back all coins:
72 000 000g x $40 = $2.88 Billion
Loss for buying back the KBC that were sold during the ICO:
$100,000,000 - $2,880,000,000 = - $2,780,000,000
A potential loss of $2,78 Billion!!! Or am I taking crazy pills?
Reference: https://www.youtube.com/watch?v=KgeHjhlMfn0
Reference: https://icobench.com/ico/karatgold-coin
Claim 7: This Forbes.com article gives credibility to the KBC coin
This article was written by a Contributor.
Reference: https://www.forbes.com/sites/joresablount/2019/05/31/10-blockchain-companies-to-watch-in-2019/#308b507e543f
There is no traditional editing of contributors’ copy, at least not prior to publishing. If a story gets hot or makes the homepage, a producer will “check it more carefully,” DVorkin said.
Reference: https://www.poynter.org/reporting-editing/2012/what-the-forbes-model-of-contributed-content-means-for-journalism/
“Blogging for Forbes requires being what is commonly referred to as a "self-starter."
So far, nobody has said, "Um, you can't do that," or, "Oh, my God, no!"
Reference: https://www.forbes.com/sites/susannahbreslin/2011/04/06/how-to-become-a-forbes-blogge#231bb9972862
“Warning over 'scammers paradise' as watchdog reveals victims lost £27m to bitcoin, cryptocurrency and forex frauds last year”
• Some 1,850 cases were reported to Action Fraud, a 250% increase on 2017-18
• Victims lost an average of £14,600 - with fewer than 1 in 20 getting money back
• Investors are often initially told they've made a profit
• They are then encouraged to put in more money - at which point the fraudsters run off with their cash
Potential victims have been warned over bogus online 'get rich quick' schemes as it emerged people lost more than £27million to cryptocurrency and foreign exchange scams last year.
Fraudsters promise high returns to those who invest, according to Action Fraud and the Financial Conduct Authority.
Victims lost an average of £14,600 in 2018-19 and stand little chance of getting their money back.
Reports of cryptocurrency and forex investment scams increased by nearly 250 per cent in 2017-18, from 530 to nearly 1,850.
The scams work by criminals promoting get-rich-quick online trading platforms through social media. Posts often use fake celebrity endorsements and images of luxury items like expensive watches and cars.
Beat the scammers:
These then link to professional-looking websites where consumers are persuaded to invest.
Often investors are led to believe their first investment has successfully returned a profit, and are then enticed to invest more money or introduce friends in return for greater profits.
But the returns stop, the customer account is closed, and the scammer disappears with no further contact.
'Anyone handing over their hard-earned cash should make sure they understand what they're getting into, they've checked it's a legitimate investment, and not rely on hype and excitement from friends or social media.
'Investing isn't a get-rich-quick scheme - and anything that uses fear of missing out or requires you to invest before thinking is best to be avoided.'
Those considering an investment to check the following for tips on how to avoid investment fraud at www.fca.org.uk/scamsmart.
Scammers can be very convincing so always do your own research into any firm you are considering investing with, to make sure that they are the real deal.
'It's vital that people carry out the necessary checks to ensure that an investment they're considering is legitimate.
UK consumers are being increasingly targeted by crypto asset-related investment scams.
Certain crypto assets, like Bitcoin and Ether (also known as cryptocurrencies), are not regulated in the UK. This means that buying, selling or transferring these crypto-assets falls outside FCA remit. The same is true for the operation of a cryptocurrency exchange.
However, some types of crypto-asset products may be or may involve regulated investments depending on their nature and how they are structured. For example, firms that sell regulated investments with an underlying crypto asset element may need to be authorised by the FCA to do so.
In recent months, the FCA claims it has received an increasing number of reports about crypto-asset investment scams. Some of them may involve regulated activities, others don’t, but all use similar tactics.
How crypto-asset investment scams work
Cryptoasset fraudsters tend to advertise on social media – often using the images of celebrities or well-known individuals to promote cryptocurrency investments. In this case, laughably they said KaratBit was endorsed by Barak Obama’s sister. Who is she and what does she know about cryptocurrencies and blockchain? The ads then link to professional-looking websites. Consumers are then persuaded to make investments with the firm using cryptocurrencies or traditional currencies.
The firms operating the scams are usually based outside the UK but will claim to have a UK presence, often a prestigious City of London address.
Scam firms can manipulate software to distort prices and investment returns. They may scam people into buying the non-existent crypto asset. They are also known to suddenly close consumers’ online accounts and refuse to transfer the funds to them or ask for more money before the funds can be transferred.
Action Fraud has also issued a warning on cryptocurrency scams.
How to protect yourself
Be wary of adverts online and on social media promising high returns on investments in a crypto asset or crypto asset-related products.
Most firms advertising and selling investments in crypto-assets are not authorised by the FCA. This means that if you invest in certain crypto assets you will not have access to the Financial Ombudsman Service or the Financial Services Compensation Scheme if things go wrong.
The FCA doesn’t regulate crypto assets like Bitcoin or Ether which are vastly the most recognized cryptocurrencies, let alone KBC, they do regulate certain crypto-asset derivatives (such as futures contracts, CFDs and options), as well as those crypto assets I would consider securities. A firm must be authorised by FCA to advertise or sell these products in the UK – check FCA Register to make sure the firm is authorised. You can also check the FCA Warning List of firms to avoid.
You should do further research on the product you are considering and the firm you are considering investing with. Check with Companies House to see if the firm is registered as a UK company and for directors' names. To see if others have posted any concerns, search online for the firm's name, directors' names and the product you are considering.
If you’ve already decided you want to invest in gold, this might not be a bad company to side with. But if you’re just looking for an opportunity to earn a sustainable income and become financially independent, there are better options out there.
submitted by fourfingaz to u/fourfingaz [link] [comments]

Le forex

c'est quoi le forex ?
Le Forex est l'abréviation de devises - la conversion d'une devise en une autre. C’est à la fois le plus grand marché financier au monde et l’un des plus liquides, avec des billions de dollars de devises échangées chaque jour.......
Visitez mon site et devenez un ami du site:http://www.joeblanc.com/le-forex/
submitted by josephblanc to u/josephblanc [link] [comments]

forex

c'est quoi le forex ?
Le Forex est l'abréviation de devises - la conversion d'une devise en une autre. C’est à la fois le plus grand marché financier au monde et l’un des plus liquides, avec des billions de dollars de devises échangées chaque jour.... http://www.joeblanc.com/le-forex/
submitted by josephblanc to ecommercemarketing [link] [comments]

01-19 01:23 - 'C'est quoi le forex?' (self.Bitcoin) by /u/josephblanc removed from /r/Bitcoin within 615-625min

'''
C’est Quoi Le Forex ?
Le Forex Est L’abréviation De Devises – La Conversion D’une Devise En Une Autre. C’est À La Fois Le Plus Grand Marché Financier Au Monde Et L’un Des Plus Liquides, Avec Des Billions De Dollars De Devises Échangées Chaque Jour. plus : [[link]2
'''
C'est quoi le forex?
Go1dfish undelete link
unreddit undelete link
Author: josephblanc
1: www.joebla**.*om*le*fore*/ 2: *ww.joebl*n*.com/le-f*re*/]***
Unknown links are censored to prevent spreading illicit content.
submitted by removalbot to removalbot [link] [comments]

Où placer mon argent ?

Salut à tous. Voici un panorama des possibilités de placement actuellement offerts en France. Dès que nous aurons un wiki j'y mettrai ce contenu que chacun puisse contribuer. Edit: Du Gold ? Merci beaucoup !
Évaluation:
Avis Explication
:-) Recommandé pour tous
:-/ Recommandé dans certains cas seulement
:-( non recommandé
Taxe:
Raccourci Explication
IR Impôt sur le revenu (5,5% à 41%)
PL Prélèvement libératoire (24%)
CS Cotisations sociales (15,5%)
Epargne court terme (0-5 ans)
Nom Avis Rendement Risque Taxe Blocage ? Max Commentaire / Recommandations
Livret A :-) 0,75 % Aucun risque Néant Disponible immédiatement 23 k€ Un rendement de plus en plus faible mais l'absence d'imposition et la disponibilité immédiate en fait un support idéal pour l'épargne de précaution. Y placer 6 mois de salaire. Utiliser un Livret jeune ou LEP si possible avant un livret A.
LDD :-) 0,75 % Aucun risque Néant Disponible immédiatement 12 k€ Identique au Livret A, à utiliser lorsque le plafond du livret A est atteint.
Livret jeune :-) 1,25% typiquement Aucun risque Néant Disponible immédiatement 1,6 k€ Seulement pour les moins de 25 ans, à utiliser avant le livret A si éligible. Plafond très faible.
Livret d'épargne populaire :-) 1,25 % Aucun risque Néant Disponible immédiatement 7,7 k€ Disponible sous plafond de ressources (19k€ de revenus par an max pour un célibataire), à utiliser avant le livret A si éligible.
Comptes à terme :-( Variable (0,5 %) Aucun risque IR + CS Bloqué entre 1 et 5 ans Néant Rendements très faible, imposition des bénéfices, épargne bloquée, les comptes à terme des banques n'ont actuellement aucun intérêt
Livrets bancaires :-/ typiquement 0,5 %, taux promotionnels jusqu'à 3% Aucun risque IR + CS Disponible immédiatement Néant Rendements très faible, imposition des bénéfices, les livrets bancaires sont utiles seulement pour placer temporairement des liquidités disponibles
SICAV monétaires :-( Variable, moins de 0,5% Aucun risque IR + CS Disponible immédiatement Néant Les SICAV monétaires n'offrent plus que des rendements quasiment nuls
Warrants :-( -100% à +10000% Risque extrême IR + CS Disponible immédiatement Néant Produits à effet de levier qui permettent d’amplifier les variations d’un actif à la hausse comme à la baisse. Autant jouer au casino c'est moins risqué. Seules les banques qui les commercialisent gagnent de l'argent avec les warrants.
FOREX :-( -100% à +10000% Risque extrême IR + CS Disponible immédiatement Néant Produits à effet de levier qui permettent de jouer sur les marchés des devises. Déconseillé aux particuliers.
Epargne moyen terme (5-10 ans)
Nom Avis Rendement Risque Taxe Blocage ? Max Commentaire / Recommandations
Assurance vie :-) :-) Variable 2,5 - 3% (fonds euros) / Performance boursière (unités de compte) Aucun risque (fonds euros) / Risque élevé (unités de compte) CS Pas de blocage mais imposition des bénéfices si retrait avant 8 ans Néant LE support pour construire et transmettre un patrimoine. Ouvrez-en une aujourd'hui pour prendre date. Aussi pour les enfants, dès leur naissance, plutôt qu'un livret A. Attention aux frais: privilégier les assurances vies en lignes sans frais sur les versements et pas plus de 0,6% par an de frais de gestion. Ne pas ouvrir son assurance-vie dans une grande banque. Ne pas tout placer sur le fonds en euros, affecter une partie sur des unités de compte pour dynamiser (en fonction de la tolérance au risque). Permet également de transmettre 150k€ en franchise de droits de succession.
PEE :-) Selon supports disponibles dans le plan Aucun risque (supports monétaires) à risque élevé (supports actions) CS 5 ans mais nombreuses possibilités de déblocage Néant Le PEE est doublement intéressant: les gains sont défiscalisés et l'employeur peut abonder les versements (jusqu'à les tripler, plafond de 3400€/an) également sans imposition des abondements employeur.
PEA :-) Performance de la bourse Risque élevé CS Non bloqué mais le retrait avant 5 ans entraîne l'imposition à IR 150 k€ Le PEA ne peut être investi qu'en actions de l'union européenne, excellent support pour investir en bourse sans payer l'IR, à condition de conserver au moins 5 ans
PEL :-( 1% Aucun risque CS 4 ans 61 k€ Le PEL n'est plus très intéressant avec la baisse des taux de crédit immobilier, et son taux d'épargne de 1% est inférieur à l'assurance-vie
CEL :-( 0,50% Aucun risque CS 2 ans 15 k€ Plafond bas, rémunération quasi-nulle, le CEL n'a aucun intérêt
SICAV obligataires :-( Variable, moins de 1% Risque moyen IR + CS Disponible immédiatement Néant Les SICAV obligataires n'offrent pas actuellement de performances attirantes pour cause de taux faibles.
SICAV actions :-/ Performance de la bourse moins frais Risque élevé IR + CS Disponible immédiatement Néant Les SICAV actions sont un moyen efficace de dynamiser son épargne mais supportent des frais supérieurs aux trackers. A placer dans une AV ou PEA pour éviter IR sur bénéfices.
Trackers actions :-) Performance de la bourse + dividendes (2%/an) Risque élevé à très élevé en fonction du secteur choisi IR + CS Disponible immédiatement Néant Les trackers permettent de dynamiser son épargne avec un minimum d'effort et de frais. A placer dans une AV ou PEA pour éviter IR sur bénéfices.
Actions en direct :-/ Performance de l'action individuelle + dividendes (néant à 5% selon l'action) Risque élevé à très élevé en fonction de l'action choisie IR + CS Disponible immédiatement Néant Les actions en direct sont à réserver à des investisseurs avertis pour une faible partie du patrimoine. A placer dans une AV ou PEA pour éviter IR sur bénéfices.
Epargne long terme (+10 ans)
Nom Avis Rendement Risque Taxe Blocage ? Max Commentaire / Recommandations
SCPI (Société civile de placement dans l'Immobilier :-) Variable dans les 5% historiquement Risque moyen lié à l'évolution des prix immobiliers CS + IR mais généralement effacé par un déficit foncier Pas de blocage mais marché de la revente limité et lent Néant Excellent support pour investir dans l'immobilier sans contraintes avec l'objectif d'un complément de revenus pour la retraite ou pour devenir rentier. Les frais importants à l'entrée en font un placement de long terme.
PERP :-/ Variable selon les contrats dans les 2-3% Sans risque généralement Primes versées déductibles des revenus en phase d'épargne, rente versée imposée IR Blocage quasi-total jusqu'à la retraite Néant Uniquement pour les gros revenus qui anticipent une forte baisse des revenus à la retraite. Attention impossible de retrouver le capital sortie en rente seulement !
submitted by d4m1en to vosfinances [link] [comments]

Dominic Longpre || Expert immobilier le plus célèbre

Dominic Longpre est l’un des derniers blogueurs, ainsi que le spécialiste du marketing et du conseil en immobilier. Il est également connu comme Dominic Longpre AMF et Dominic Longpre Forex. Ses derniers blogs sont vraiment appréciés par les gens simplement parce que les dernières mises à jour sur la mise à jour du marché immobilier.
submitted by dominiclongpre to u/dominiclongpre [link] [comments]

La liste noire des courtiers forex 2017 de l’AMF

Pour investir sur le forex, choisissez un intermédiaire dûment reconnu par l'Autorité des marchés financiers (AMF). Voici la liste des courtiers non autorisés au 30 mars 2017. : http://ift.tt/2nfysem
submitted by lejournalduntrader to tradingenligne [link] [comments]

Briefing des marchés du 10 juillet 2020 : Indices - Forex - Gold - Brent - WTI - Bitcoin QU'EST CE QUE LE FOREX? - YouTube HOW TO SCAN THE FOREX MARKED BEFORE TRADING - YouTube Investir sur le Marché Forex Le FOREX pour les DÉBUTANTS - YouTube

Le marché des devises, également appelé ForEx (pour Foreign Exchange) est le marché le plus liquide et le plus volumineux après celui de la dette (taux). Le marché Forex reste ouvert dans le monde entier pendant 24 heures par jour, à l'exception des week-ends. Avant la révolution de l'Internet, seuls de grands acteurs tels que les banques internationales, les hedge funds et les individus extrêmement riches pouvaient y participer. Maintenant, les traders peuvent acheter, vendre et spéculer ... Le Forex est le marché des devises et les devises, contrairement à la plupart des autres actifs négociables, sont des instruments économiques autant qu'ils sont des indicateurs économiques. En gros, si les pays étaient des entreprises - les devises seraient leurs actions. Forex is a portmanteau of foreign currency and exchange. Foreign exchange is the process of changing one currency into another currency for a variety of reasons, usually for commerce, trading, or ... Forex is the world's largest market, with about 3.2 trillion US dollars in daily volume and 24-hour market action. Some key differences between Forex and Equities markets are: Many firms don't charge commissions – you pay only the bid/ask spreads. There's 24 hour trading – you dictate when to trade and how to trade.

[index] [4891] [2702] [5849] [91] [5599] [3845] [4082] [7037] [3082] [6945]

Briefing des marchés du 10 juillet 2020 : Indices - Forex - Gold - Brent - WTI - Bitcoin

Ichimoku Kinko Hyo revue de marché Forex, cryptos-monnaies et indices du lundi 13 juillet 2020 - Duration: 1:02:25. Ichimoku Kinko Hyo 1,396 views. 1:02:25. 🎓FORMATIONS COMPLÈTES : https://alextrading.fr/formations/ 🎁FORMATION OFFERTE EN BOURSE : https://alextrading.fr/formation-offerte/ ⬇️ PLUS D'INFORMATIONS ... All about Trading in Forex and Binary Option Marked. HOW TO SCAN THE FOREX MARKED BEFORE TRADING ----- Subscribe! https://YouTube.com/sasanfx1 ... 🔴Tradez avec nous au quotidien, service d'Analyses & Signaux en Live : 👉 Abonnement mensuel (sans engagement) https://my.dmtrading.fr/signaux-abonnement-mens... TESTER LA DEMO GRATUITE : https://www.xtb.com/fr/compte-demo#!/fr/compte-demo/step/1 Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de ...

https://forex-brasil.how-to-start-forex-trading.club